Aller au contenu Aller au menu Aller à la recherche

Logo du site

Accueil > Enseignement > Psychiatrie médico-légale > Les Mesures de protections juridiques chez l’adulte

Les Mesures de protections juridiques chez l’adulte

Elles peuvent s’appliquer à toute personne qui est dans l’impossibilité de pourvoir seule à ses intérêts en raison d’une altération, médicalement constatée, soit de ses facultés mentales, soit de ses facultés corporelles de nature à empêcher l’expression de sa volonté (Art 425 du code civil).

1-La Sauvegarde de justice

Il s’agit d’une de mesure de protection provisoire, d’une durée d’un an renouvelable une fois.
Elle permet de contester les actes contraires aux intérêts de la personne protégée. Souvent elle est en place en attendant l’ouverture d’une mesure de curatelle ou tutelle.

La demande peut être faite au juge des tutelles par :
- la personne à protéger, le conjoint, un membre de la famille ou un proche
- le Procureur de la république soit d’office soit à la demande d’un tiers (médecin, travailleur social).
Elle doit comporter :
- un certificat médical rédigé par un médecin inscrit sur une liste établie par le Procureur de la république. Il décrit l’altération des facultés du majeur et l’évolution prévisible. Il précise les conséquences de cette altération sur la nécessité d’être assisté ou représenté, et indique si la personne est en état d’être auditionnée.
- l’identité de la personne,
- l’énoncé des faits qui appelle cette protection.

La requête est examinée par le juge des tutelles qui va entendre la personne à protéger. L’audition n’est pas publique et il peut en fonction de l’état de santé de la personne décider de ne pas la recevoir. Elle a également la possibilité d’être accompagnée par un avocat ou un proche après accord du juge.

Le juge si nécessaire peut nommer un mandataire spécial pour accomplir des actes précis, de représentation ou d’assistance.

La personne protégée conserve l’exercice de ces droits.

La sauvegarde de justice prend fin :
- à l’expiration du délai
- par décision du juge des tutelles
- ou à l’ouverture d’une mesure de curatelle ou tutelle.

2- La Curatelle

Il s’agit d’une mesure pour des personnes qui ont besoin d’être conseillées ou contrôlées de manière continue dans les actes importants de la vie civile.
Elle s’applique pour une durée de 5 ans maximum, le renouvellement est possible.

La procédure de demande et d’examen de la requête est identique à la sauvegarde de justice. Le juge doit transmettre le dossier au procureur pour avis un mois avant l’audience.
Le dossier doit être traité dans l’année suivant son dépôt.

Il existe différent degré de curatelle :
- la curatelle simple où la personne protégée accomplit seule la gestion de la vie courante
- la curatelle renforcée où le curateur perçoit les ressources de la personne et règle ses dépenses, sur un compte ouvert au nom de celle-ci.

Le juge nomme un curateur qui peut être en priorité un membre de la famille, un proche ou à défaut un mandataire judiciaire (liste tenue par le Préfet).

La personne protégée prend seule les décisions relatives à sa personne et certains actes personnels. Elle conserve le droit de vote.
Par contre, il lui faut l’autorisation du curateur ou du juge pour le mariage ou la réalisation d’un PACS.

Elle peut accomplir seule les actes d’administration (par exemple : vendre des meubles d’usage, déménager, réalisation de travaux) et la rédaction de son testament mais doit être accompagnée pour les actes de disposition (par exemple : vendre un appartement) et faire des donations.

La curatelle mais aussi la tutelle font l’objet d’une mention marginale sur l’acte de naissance.

3- La Tutelle

C’est une mesure pour des personnes qui ne sont plus en état de veiller sur leurs propres intérêts.
La procédure de demande et d’examen de la requête est identique à la curatelle.

Le juge nomme un conseil de famille qui à son tour choisit un tuteur. A défaut il désigne le tuteur qui peut être un proche ou un mandataire judiciaire.

Le tuteur réalise seul les actes d’administration. Il lui faut l’autorisation du conseil de famille ou à défaut du juge des tutelles pour les actes de disposition.

4- Le Mandat de Protection Future

Il permet de désigner à l’avance le ou les mandataires pour le jour où la future personne à protéger présente une altération de son état mental ou physique.

Il est établi pour soi-même ou pour autrui (par les parents souhaitant organiser à l’avance la défense des intérêts de leur enfant handicapé). Le mandat est un contrat libre : la personne à protéger choisit à l’avance quelle sera l’étendue des pouvoirs du (ou des) mandataires. Elle fixe la durée du mandat.

Il existe deux types de mandat :
- notarié qui permet au mandataire de réaliser les actes de disposition sans accord du juge des tutelles,
- sous seing privé, la gestion des biens se limite aux actes d’administration, c’est-à-dire ceux qu’un tuteur peut faire sans autorisation du juge. Tout acte de disposition nécessite l’autorisation du juge des tutelles.

Il prend effet quand la personne ne peut plus pouvoir à ses intérêts. Le mandataire désigné se présente avec le mandat et le certificat médical au greffe du Tribunal de Grande Instance.

5- Les Mesures d’Accompagnement des majeurs

Issues de la loi du 5 mars 2007 sur la réforme de la protection juridique des majeurs, elles permettent d’aider des personnes majeures dont les facultés ne sont pas altérées, mais qui sont en grande difficulté sociale, et qui perçoivent des prestations sociales.

Il en existe deux types :

5-1 Mesure d’accompagnement sociale personnalisé (MASP)

Il s’agit d’une mesure administrative mise en œuvre par les services sociaux qui établit un contrat social personnalisé entre le département et la personne concernée, d’une durée de 6 mois à 2 ans.
La mesure prend fin au terme du contrat. Le président du conseil général rapporte au Procureur de la République la situation sociale, financière et médicale de la personne ainsi que le bilan des actions menées auprès d’elle. Le Procureur est alors susceptible de saisir le juge pour ouvrir une mesure plus contraignante.

5-2 Mesure d’accompagnement judiciaire (MAJ)

Plus contraignante la demande est faite par le Procureur auprès du juge des tutelles qui désigne un mandataire judiciaire.
Il perçoit les prestations incluses dans la mesure d’accompagnement judiciaire sur un compte ouvert au nom de la personne et doit exercer une action éducative sur la personne.

La durée totale ne peut excéder 4 ans.

Article au format PDF

Site réalisé avec SPIP | Squelette BeeSpip

Successexuelle.com